Continuer de bien vivre à Fontaine Bellenger


Histoire de Fontaine-Bellenger

Fontaine-Bellenger, autrefois Berranger, fut érigé en paroisse sous la dédicace de Saint Eutrope et Saint Quentin. 

La première église de Fontaine-Bellenger était au centre du cimetière actuel et le village était bâti autour. On peut encore voir les vestiges des fondations de l'église. Tout ceci est très ancien puisqu'on a trouvé des restes mérovingiens en creusant des sépultures.

L'église fut transférée au XV ème siècle, à l'endroit actuel, à 1 km de l'ancienne. La grande fenêtre du chevet date de cette époque. Deux petits collatéraux surajoutés pour son agrandissement lui ont retiré son caractère ancien. Dans le mobilier de l'église nous trouvons un bénitier du XV ème une toile  du XVII ème représentant le martyr de Saint Quentin, une autre  du XVIII ème représentant la crucifixion.

Dans la liste des nombreuses donations faites à l'abbaye de Fécamp en 1207 par le duc de Normandie Richard II on trouve le domaine de Fontaine-Bellenger. 

L'année suivante, Jean, abbé de Fécamp, échangea la terre de Fontaine-Bellenger avec Emma, filles d'Eues, comte  de Chartres, mariée à Guillaume IV, dit " fier-à-bras ", comte de Poitiers. Cet échange n'eut pas de suite (ou ne concernait qu'une faible partie de son territoire) car ce village est resté constamment annexé à la baronnie d'Heudebouville que l'abbaye de Fécampconserva jusqu'à la révolution de 1789.

Les différents fiefs de Fontaine-Bellenger étaient les suivants : Bonval, Gournay, Grestain, Ingremare, le Val Tesson.

BONVAL : François de Caradas, sieur de Bonval, figure sur les registres paroissiaux de Venables le 18 octobre 1628. Marguerin de Caradas, sieur de Bonval, parrain à Louviers le 14 mai 1628, avait épousé Jeanne Thorel, marraine à Louviers en 1636. Il contracta une seconde alliance avec Jeanne Auber.

Hilaire François de Caradas, sieur de Bonval, est cité en 1655, il mourut le 11 mai 1702. Agé d'environ 70 ans il fut inhumé dans  la chapelle seigneuriale de Fontaine-Bellenger. 

Le blason des Caradas représentait 3 croissants argent sur fond azur.

GOURNAY : Gournay était une vavassorie appartenant en 1531 à Gilles Du Mesnil qui la vendit à Antoine Caradas. Elle passa ensuite aux chanoines de Beauvais qui donnaient chaque année, à la Saint Michel, 50 sous aux moines de Fécamp.

GRESTAIN : De temps immémorial, l'abbaye de Grestain possédait à Fontaine-Bellenger un fief dit "le petit Grestain" qu'elle conserva jusqu'à la révolution de 1789.

INGREMARE : Ingremare est un village très ancien et d'origine celtique dont il est fait mention dans la charte de 1245. Gabriel Lepage, sieur de Flamare et probablement de Ingremare, fut maintenu de noblesse le 23 juillet 1666. Il portait "blason d'azur à quatre burelés d'or, au lion de sable armé de gueules". Son fils Robert, sieur d'Ingremare, épousa Anne Langlois le 12 mai 1700, cette dame était séparée quant aux biens de son mari. 

Nicolas Le Page, sieur d'Ingremare, est cité dans un acte de 1723 (était vraisemblablement le fils de Thomas Le Page prêtre, curé de Condé-Northon, diocèse de Metz, qui vendit en 1739 à Jean-Pierre Le Pesant, seigneur de Maupertuis, des terres à Ailly et Fontaine-Bellenger.

LE VAL TESSON : le 24 janvier 1631, Jacques De Caradas, sieur de Val Tesson, âgé de 35 ans, environ, fut inhumé dans l'église de Venables.

LES DEPENDANCES DE FONTAINE-BELLENGER :

Le Bonval; le Bout de la ville; les Bruyères; les Cabots; le Clos de Gournay; le Galardon; Gournay; Gretin; Ingremare; Marinette; le Pisallet; le Val d'Ailly; le Val Tesson.


Extraits des délibérations des conseils municipaux qui témoignent de l'évolution de la commune depuis 1899:

le 10 novembre 1899: construction avec la commune d'Ailly d'un chemin vicinal de grande circulation n° 75 Heudebouville - Ailly

 

le 1er août 1920 : La souscription faite au village pour élever un monument en souvenir des morts de la guerre 1914- 1918 s'élève à 2600 francs. Le cimetière étant éloigné Monsieur Chevalier propose de céder gratuitement une portion du terrain de sa propriété pour ce monument. Donation faite devant Maître Verniette, notaire à Gaillon.

5 février 1928 : Le Conseil Municipal  demande le classement de l'if centenaire comme site qui situe de fort loin l'emplacement du cimetière communal (dit cimetière de Saint Quentin).

30 octobre 1928 : Le maire décide de faire un emprunt public pour payer  l'électrification de la commune de 70 000 francs couvrant Gournay, Le Pis Aller et 10 000 pour le hameau d'Ingremare (soit 6% sur 30 annuités). Prévoir une imposition extraordinaire de 143 centimes pendant les 25 années suivantes.

en 1945, il y avait 253 habitants.

16 septembre 1949 : Projet de réserve d'eau contre l'incendie. Le Maire expose à l'assemblée que le service incendie ne peut lutter efficacement contre les sinistres et qu'il y aurait lieu de prévoir des réserves d'eau contre l'incendie. Un projet établi par les services du génie rural s'élève à 600 000 francs (séance du 19 février 1950).

21 avril 1963 : Création d'un syndicat de transports scolaires constitué par les communes  de Gaillon - Sainte Barbe sur Gaillon- Vieux Villez - Ailly - Fontaine Bellenger - Heudebouville - Venables. Il a pour but de transporter les élèves qui fréquentent les classes d'observation du CEG de Gaillon, les établissements d'enseignements généraux, professionnels et terminaux de Louviers. Le Conseil Municipal prend l'engagement d'inscrire chaque année au budget communal pendant la durée du syndicat la somme nécessaire pour couvrir la contribution à la charge de la commune.

8 mars 1964 : Monsieur le Maire fait connaître aux membres du Conseil Municipal la nécessité absolue de faire procéder périodiquement au ramassage des ordures ménagères. Il est donc décidé que celles-ci seront ramassées le premier mercredi de chaque mois. Coût: 600 francs par semestre.

30 décembre 1975 : monsieur le Maire donne lecture aux membres de la délibération du Conseil Municipal d'Ailly en date du 27 novembre 1975 demandant l'ouverture d'une classe enfantine en septembre 1976 regroupant les enfants de Fontaine Bellenger et d'Ailly. Le Conseil Municipal après avoir délibéré émet un avis favorable sur l'opportunité  du projet.

31 décembre 1976 : Le président dépose sur le bureau  un dossier définissant le projet de lotissement du parc des Fontaines Le Conseil après avoir délibéré émet un avis favorable.

16 novembre 1984 : Madame le Maire donne connaissance aux membres assemblés de la lettre de Monsieur le Sous- Préfet en date du 30 octobre 1984 ayant pour objet le remodelage du canton de Gaillon à partager en deux. Après délibération du Conseil Municipal à l'unanimité se prononce contre le remodelage du canton de Gaillon sous quelque forme que ce soit.

10 février 1992 : Madame le Maire expose qu'il y a souvent confusion entre "La Résidence du Val  d'Ailly" et le "Clos du Val  d'Ailly" et propose de changer de nom de "Résidence du Val d'Ailly" par "Résidence des Marnières", nom du lieu-dit. Le Conseil Municipal accepte à l'unanimité ce changement.

6 mai 1992 : Madame le Maire expose qu'après chaque passage de "la benne à monstres" tous les deux mois pendant un week-end sur la place de la mairie, celle-ci reste jonchée de dépôts de toutes sortes; ce qui est inadmissible. Madame le Maire propose de revoir la décision qui avait été prise par le Conseil Municipal le 11 mai 1989 de ne pas adhérer à la déchetterie d'Aubevoye. Ou l'exposé de madame la Maire, le Conseil Municipal à l'unanimité décide de demander à Madame el Maire de contacter Monsieur le Maire d'Aubevoye pour les modalités d'adhésion et l'autorise à signer la convention correspondante.

19 mars 1998 : Projet de création d'une bibliothèque relais. monsieur Chauvière rapporteur rend compte de son entretien avec Mademoiselle Auzout, directrice de de la Bibliothèque Départementale de prêt. Accord à l'unanimité.

9 octobre 1998 : Ouverture du centre de loisirs sans hébergements. Monsieur Chauvière rapporteur rappelle que le centre de loisirs fonctionne depuis le 2 septembre 1998, il propose de l'ouvrir aux communes environnantes. Le Conseil donne son accord.

14 juin 1999 : Projet d'aménagement d'un aire de jeux. Monsieur Chauvière rapporteur rappelle que par délibération du 19 mars 1998, le Conseil Municipal  a donné son accord pour le projet de création d'une aire de jeux. Vu le projet préparé par la commission Jeunesse et Sports, à l'unanimité décide de lancer le projet et charge Madame le Maire de constituer un dossier. Projet de création d'une classe maternelle avec une cantine scolaire.. Le Conseil adopte   un accord de principe et charge Madame le Maire de constituer un dossier.

14 janvier 2000 : Projet de classe maternelle: Choix des sociétés pour les missions de contrôle technique, mission de coordination en matière de sécurité, étude pédologique. Cession gratuite du terrain au Conseil Général dans le cadre de l'aménagement du carrefour RN15 - RD523 - RD69.

(Source: "Fontaine Bellenger de 1900 à 2000" écrit par ses habitants) 

Printemps 2002 : premiers travaux de la desserte gazière dans le village.

1er décembre 2002 : création de la communauté de communes Eure Madrie Seine qui regroupe 23 communes: Ailly, Aubevoye, Autheuil- Authouillet, Bernière sur Seine, Cailly sur Eure, Champenard, Courcelles sur Seine, Ecardenville sur Eure, Fontaine Bellenger, Fontaine Heudebourg, Gaillon, Heudreville, La Croix Saint Leufroy, Saint Aubin sur Gaillon, Saint Etienne sous Bailleul, Saint Julien de la Liègue, Saint Pierre de Bailleul, Saint Pierre la Garenne, Sainte Barbe sur Gaillon, Tosny, Venables, Vieux- Villez, Villers sur le Roule.


Résultats du recensement de 2007:

1)      évolution de la population de 150 habitants depuis le dernier recensement de 1999 soit +18,4%.

2)     74,5% habitaient déjà la commune 5 ans auparavant.

3)     Baisse du taux de chômage passant de 5,7% à 4%. Il y avait 46 chômeurs en 1999 et plus que 38 en 2007.

4)     La commune compte 66 ménages en plus soit une augmentation de 25% en 8 ans. Nombre moyen par famille est de 2,9 contre 3,1 en 1999.

5)     Il y a de moins en moins de résidences secondaires (-5) et de logements vacants (-1) depuis 1999

6)     Nombre moyen de pièce passe de 4,6 à 4,9 en 2007.

Conclusion :

         L’augmentation du nombre d’habitants en très importante. La pression foncière est forte dans notre commune. Les nouveaux arrivants sont principalement des familles avec un enfant. Ils sont souvent propriétaires d’une maison de plus en plus grande.

 

 Démographie

Evolution de la population

 1990

 714 

 1999

 822 

 2009

 960

 2010

 978

 2011

 989

 2012

  1071 

 2013

 1078

 2014

 1118